Français
Comment tu t'appelles?
Élias Letelier

Incognito, passent les montres cognant leur itinéraire

avec leur monotonie, dans une marche vers l'oubli;

ça ressemble à tes mains qui labourent,

à tes pieds circonscrits à une enfilade,

à tes yeux qui n'avaient le droit de rêver.

 

J'insiste pour rester.

 

Et en même temps la pierre avec sa granulométrie

et ses tenaces monopoles des mémoires dures,

insonore consolide sa musculature

dans les vastes exercices du concret;

tu cries et tremble le monde :

tu interromps les mystères du palais

et là, consternés, ils ferment les yeux,

et crachotent sur tout ce que tu peux être.

 

Pour ta confession avec la désolation,

il y a un postulat de franc-tireur :

l'estomac inhabité des cuillers

peut rouiller les barreaux de l'univers,

et standardiser l'or et le cristal des lampes.

 

Et comme le pendule léchant la brise,

pour toi, seulement il y a ce qu'il y eut :

un grand silence

et ça c'est tout.

 

 

---------------------------------------------

Silence. Montréal : l’Hexagone, 1997

ISBN 289006-583-9